Cantal. Il replante l’ancien vignoble de son village et sort sa première cuvée

Sébastien Lavaurs est un passionné de vin, du terroir. Il a replanté l’ancien vignoble de son village à Montmurat et sort sa première cuvée. A déguster !

Publié le 25 Juil 20 à 14:04

Première cuvée pour Sébastien Lavaurs à Montmurat.
Première cuvée pour Sébastien Lavaurs à Montmurat. (©ACR)

Autodidacte, Sébastien Lavaurs est un véritable passionné. En 2016, il a décidé de replanter l’ancien vignoble de son village de Montmurat. Situé dans un carrefour entre Lot, Cantal et Aveyron, Sébastien a voulu utiliser des hectares exploités par ses beaux-parents qui partaient à la retraite.

Au début du 19ème siècle, les vignes serpentaient la zone

Au début du 19ème siècle, les vignes serpentaient la zone. Puis le  phylloxéra est arrivé. Là : « Nous sommes sur un terrain argilo-calcaire. Sauf en 2016  où il manquait un peu d’eau, la zone est assez humide pour que la vigne puisse être exploitée au mieux » indique Sébastien. 

Lire aussi : Cantal. Il replante l’ancien vignoble de son village à Montmurat

Au total, trois hectares ont été plantés et deux hectares produisent du vin. Tout en biodynamie. Le but est de faire un vin le plus naturel possible sur son domaine Les orchidées sauvages. « J’utilise juste un tout petit peu de soufre pour assurer la vinification, mais à une dose infime. »

Le temps, le temps…

Vient alors la première récolte (en 2019) et aujourd’hui, en 2020, Sébastien a donc sorti sa première cuvée. « C’est un moment particulier car le vin, c’est un investissement à long terme. On ne peut récolter les raisins pour faire du vin qu’au bout de trois ans minimum. Le temps que les vignes s’habituent au sol, au climat. Et bien évidemment, le temps est un atout essentiel pour que le vin s’améliore en goût. »

1500 bouteilles sont sorties en cette première année.

Première cuvée pour Sébastien Lavaurs à Montmurat. (A consommer avec modération). (© ACR)
Première cuvée pour Sébastien Lavaurs à Montmurat. (A consommer avec modération). (© .)
Première cuvée pour Sébastien Lavaurs à Montmurat. (© ACR)
Une partie du domaine de Sébastien Lavaurs. (© ACR)

Les cépages utilisés

Son premier vin, Prélude, est élaboré à base de tannat. Un cépage qui donne un vin fruité, assez tannique. Son second vin, Terre-happy, est fait avec du cabernet franc et sauvignon. Et pour une première cuvée, le résultat est extrêmement prometteur. On sent un vin équilibré, qui pourra accompagner à merveille des viandes, du fromage ou même se boire à  l’apéro.

Nouer des contacts

Mais faire un vin de qualité ne suffit pas, il faut se faire connaître pour le vendre. Là, Sébastien a noué des contacts avec des cavistes, notamment un qui est « Aveyronnais et qui a voulu prendre de mon vin. Je prévois aussi dans le futur de faire des salons ». Il devrait être aussi en vente à Aurillac chez Julien Estrade à Espace Vins.

Les particuliers peuvent évidemment venir directement au domaine ou alors sur le marché, comme sur celui de Maurs « et les premiers retours ont été positifs. C’est une belle satisfaction. »

Des projets plein la tête

Et Sébastien Lavaurs d’avoir des projets plein la tête. Tout d’abord, il restaure un bâtiment pour y réceptionner ses barriques : « J’espère qu’il sera terminé pour les vendanges, mais normalement cela doit être bon. »

Et puis au niveau de la plantation, il prévoit de faire du blanc, pour 2022 probablement, et il plantera du merlot très prochainement.

Pour visiter le domaine et/ou acheter du vin, il est fortement conseillé de téléphoner au 06 67 17 72 56 au préalable.

https://actu.fr/societe/cantal-il-replante-ancien-vignoble-de-son-village-et-sort-sa-premiere-cuvee_35116376.html

Cantal. Il replante l’ancien vignoble de son village à Montmurat

Habitant de la commune de Montmurat, Sébastien Lavaurs s’est lancé le défi de replanter le vignoble du village.

Publié le 22 Jan 18 à 11:51

Depuis le printemps 2017, Sébastien Lavaurs a déjà planté 2 hectares de vignes.

Pour cela, celui-ci fait un appel à contribution par le biais d’une plateforme de financement participatif.À l’extrême sud du département, au carrefour entre le Lot et l’Aveyron, c’est à Montmurat que Sébastien Lavaurs s’est donné le pari de faire revivre le vignoble familial. Au milieu des coteaux si singuliers de la commune, cela ne pouvait être nulle part ailleurs que dans le lieu-dit où vivent Sébastien et sa compagne, qui porte bien son nom : « Le Vignoble ». Ici, au début du siècle, les vignes serpentaient la zone. Et lorsque les beaux-parents de Sébastien, exploitants agricoles et propriétaires d’un demi-hectare de vignes plantées dans les années 80, sont partis à la retraite, ce passionné de vin a sauté sur l’occasion. « La question s’est alors posée de savoir ce que nous allions faire de ces vignes », explique Sébastien.

C’est ainsi que celui-ci a décidé de rendre à César ce qui appartenait à César, et donc, de replanter les vignes là où les anciens du village les avaient jadis plantées. Formé notamment à la taille à Cahors dans le Lot, Sébastien a débuté son projet au printemps 2017, en plantant déjà 2 hectares de vignes. Celui-ci a également fait appel à un professionnel qui est venu analyser le sol, s’assurant qu’il permette la viabilité des pieds. Ce qui est bel et bien le cas.

Un appel aux dons

Aujourd’hui il prévoit de planter encore entre un et un hectare et demi pour 2019, sachant qu’un hectare « équivaut à environ 5 500 pieds et qu’il faut un délai d’un an pour commander les plantations ». Un investissement à long terme qui « ne me rapportera rien pendant au moins quatre ans », souligne-t-il. C’est pourquoi Sébastien a besoin de la solidarité de toutes celles et ceux qui souhaitent voir son projet aboutir. Si celui-ci peut s’autofinancer à hauteur de 16 000 €, il nécessite des moyens supplémentaires notamment pour les travaux de préparation des parcelles, l’achat des plants, ou encore le palissage. Ainsi, Sébastien a lancé un appel aux dons sur une plateforme en ligne de financement participatif (*) centrée sur les projets agricoles. « Nous avons besoin de 7 000 €. Pour l’instant, nous sommes à 40 % de l’objectif et si nous atteignons les 60 %, les sommes seront versées ».

« Un vin le plus naturel possible »

En contrepartie les donateurs pourront bénéficier, selon leurs dons, de bouteilles de vin, de week-ends à Montmurat ou encore d’un panier de produits locaux et tous auront un piquet de vigne gravé à leur nom.

L’objectif également primordial pour Sébastien : « pouvoir proposer un vin le plus naturel possible. Nous avons déposé une demande pour obtenir le label agriculture biologique. Nous travaillons en biodynamie, c’est-à-dire avec des traitements naturels. Notre but n’est pas de produire en quantité, mais de chercher à faire quelque chose de qualité ».

Si la première bouteille devrait voir le jour en 2021, Sébastien prévoit déjà de réaliser cette année quelques travaux dans les bâtiments agricoles familiaux pour installer notamment un caveau de dégustation pour recevoir les visiteurs. À terme, le vin produit sera mis en vente localement en circuit court « probablement dans des supérettes bios, sur les marchés et les salons, les restaurants et cavistes locaux. Nous cherchons à être le plus proche possible du consommateur », confie Sébastien.

En attendant, celui-ci compte encore se former dans la vinification pour s’assurer de pouvoir voir sa passion se concrétiser, et son projet aboutir.

(*) http://www.miimosa.com/fr/projets/ un-vignoble-au-coeur-dun-site-protege

https://actu.fr/auvergne-rhone-alpes/_15/cantal-replante-lancien-vignoble-son-village-montmurat_15119747.html

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close