Comment profiter du grand air des volcans d’Auvergne sans troubler la nature ?

En prévision du premier week-end de l’après déconfinement, les équipes du Parc des Volcans d’Auvergne et le Département du Puy-de-Dôme incitent les visiteurs à préserver la tranquillité de la nature en respectant les consignes de sécurité sur les sentiers de randonnées.
 

Par Alexandre Rozga Publié le 15/05/2020 à 15:22 Mis à jour le 15/05/2020 à 17:06 Le premier week-end de l’après déconfinement approche et nombreux sont ceux qui entendent l’appel des grands espaces naturels des volcans d’Auvergne. Le constat est là, la faune et la flore ont pris de nouvelles habitudes pendant notre absence. Mais la levée du confinement n’est pas une raison pour venir troubler la tranquillité retrouvée de la nature. Des ballades au grand air qui peuvent donner lieu, surtout en cette saison, à certaines rencontres dans les coeurs de nature préservés du Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne. 

Protéger la nature du déconfinement

Sur les sentiers de la Vallée de Chaudefour par exemple , Eric Vallé, le conservateur de la réserve naturelle nationale a pu constater les bienfaits du confinement. » Les animaux vaquent en toute tranquillité, on a observé des mouflons avec leurs petits en plein milieu de la vallée, des oiseaux au bord des chemins et des chamois «  se réjouit ce botaniste de formation. Mais avec un retour des randonneurs, il craint que les visiteurs ne viennent troubler le fragile équilibre. « Des mouflons sont nés début avril. Ils sont descendus dans la prairie attirés par l’herbe tendre de la vallée. C’est important qu’ils ne soient pas dérangés. C’est pour cette raison, que le week-end de l’Ascension il y aura une présence pour surveiller que les gens ne viennent pas avec leur chiens » . Dans la limite de la réserve, les chiens même tenus en laisse sont strictement interdits. » L’aboiement des chiens, leur odeur, peut provoquer un dérangement de la faune sauvage et un stress. Et il faut que les gens restent sur les sentiers balisés, ils ont parfois tendance à en sortir pour prendre des photos ».

« Contenir sa curiosité » 

Dans la Réserve de la Godivelle, la nature a aussi repris ses droits, se réjouit le conservateur Lionel Pont. « Dans les tourbières de la Godivelle, comme dans les zones humides du Cézallier, on a constaté que des oiseaux d’eau, qui ont l’habitude de se cacher, comme les canards, les grèbes huppés, ont parfois installé leurs nids à proximité des rives des lacs, ou carrément dans les zones de passage du public ». Dans ce cas figure, « il faut contenir sa curiosité «  conseille le conservateur.  » Si vous voyez un nid au sol, il ne faut se précipiter au risque de marquer une trace et qu’ensuite le prédateur, le renard par exemple, soit guidé jusqu’à la nichée. «  Il est bien sûr recommandé de ne surtout pas manipuler les oiseaux. Et de tenir son animal en laisse. Dans la Chaîne des Puys-Faille de Limagne, la recommandation vaut aussi pour les brebis en estives, de retour avec le printemps. « Toute approche peut provoquer un mouvement de panique et des blessures voire des avortements lorsque les brebis sont pleines ». Dans ce cas, « il est faut largement contourner le troupeau et attacher son animal ». Les randonneurs auront l’embarras du choix pour prendre un grand bol d’air.

Avec la Chaîne des Puys, le territoire des Volcans comprend d’autres paysages aussi magiques que le Volcan Cantalien, l’Artense, le Cézallier et le Massif du Sancy.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/deconfinement-comment-profiter-du-grand-air-volcans-auvergne-troubler-nature-1829434.html

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close