Apiculture en Auvergne : l’année 2020 propice au miel de printemps

Les abeilles profitent de la météo et du calme lié au confinement, en raison de l’épidémie de coronavirus.
Du Puy-de-Dôme à l’Allier, en passant par le Cantal et la Haute-Loire, les apiculteurs sont unanimes, la production de miel de fleurs de printemps sera conséquente.

Par D.Cros Publié le 27/04/2020 à 19:37

Les abeilles butinent de fleurs en fleurs. Très occupées, elles s’activent pour produire le miel de fleurs de printemps.
En Auvergne, les apiculteurs s’accordent tous à dire que la récolte à venir s’annonce bonne. Un hiver doux et un beau printemps en sont la principale raison.

Une météo favorable

Apiculteur à Servant dans le Puy-de-Dôme, Guillaume Guérard possède 200 ruches. « Le printemps est très clément. Nous n’avons pas de froid tardif.
La récolte sera belle » déclare-t-il. Puis il ajoute : « L’an dernier, à cause de la météo, je n’avais pas eu de miel de printemps.
Les abeilles n’avaient rien produit. Cette année, je pense pouvoir ramasser 20 kilos en moyenne par ruche » se réjouit-il.

Même constat en Haute-Loire. Emmanuel Coudert s’occupe de 350 ruches, avec sa femme, dans le secteur de la Chaise-Dieu.
« La production est en avance par rapport aux autres années et elle s’annonce conséquente.
Je récolte le miel de printemps au mois de juin, là, je vais le ramasser début mai ».
Il précise également : « Je pense pouvoir récolter 10 kilos par ruche. C’est le double de l’an dernier.
La floraison des pissenlits, des aubépines et des arbres fruitiers est belle. Il y a eu beaucoup de soleil, de belles températures et un peu de pluie les derniers jours. Mais surtout il n’y a pas eu de gelées tardives ». Le cocktail est donc idéal pour une bonne production.

Une année diamétralement opposée à la précédente. En 2019, la sécheresse, les deux épisodes caniculaires et le printemps froid et pluvieux avaient mis en péril certaines ruches. Michel Bandon gère 900 ruches réparties sur les départements de l’Allier, du Puy-de-Dôme, du Cher et de la Nièvre.
« L’an dernier, nous avions récolté 300 kilos de miel de printemps, cette année, nous prévoyons d’en ramasser 10 tonnes.
L’année dernière avait été catastrophique, nous espérons retrouver une production normale » explique-t-il.

Le calme du confinement

Autre facteur, selon certains, à prendre également en compte : le confinement lié à l’épidémie de coronavirus.
« C’est calme en ce moment. Les abeilles sont tranquilles. L’impact de l’homme est diminué.
Les agriculteurs et les jardiniers sont moins présents tout comme les touristes et les promeneurs » souligne Emmanuel Coudert.

Elisabeth Taillandier, apicultrice en miel bio à Saint-Sauves-d’Auvergne dans le Puy-de-Dôme, possède 250 ruches.
Elle s’inquiète pour l’après : « Avec le déconfinement, les équipes vont de nouveau faucher le bord des routes. Les fleurs ont bien poussé.
On trouve des géranimus, des pissenlits et des scabieuses. Les têtes des fleurs vont être coupées, les abeilles ne pourront pas en profiter ».

Les produits de la ruche plébiscités

En ces temps de crise sanitaire, le miel est plébiscité pour ses propriétés nutritives et ses bienfaits sur la santé.
« Les gens sont venus achetés du miel avant le confinement. Ils ont fait leurs courses en prévision.
Le miel est un produit naturel qui booste l’immunité du corps » souligne Emmanuel Coudert, en Haute-Loire.
A Veurdre dans le nord de l’Allier, son confrère Michel Bandon explique : « Les vertus de nos produits sont nombreuses.
Le miel, la gelée royale et la propolis sont appréciés notamment en cette période d’épidémie ».
Pour exemple, il enregistre actuellement une hausse de 20% des ventes de gelée royale : « Les gens font des cures.
Ils veulent doper leur système immunitaire ». Les ventes de propolis ont également augmenté.
Cette matière végétale produite par les abeilles, pour garantir l’asepsie de leur ruche, est réputée depuis l’Antiquité pour ses effets bénéfiques
dans le traitement et la prévention des affections respiratoires.

Avec la fermeture de certains marchés, des apiculteurs peinent à écouler leurs productions.
Ils tirent la sonnette d’alarme. Certains ont mis en place un système de livraison ou de vente à domicile. Quant à ceux qui possèdent un magasin,
ils rappellent que les points de vente sont ouverts et que les clients peuvent venir, acheter du miel et autres produits issus de la ruche,
munis d’une dérogation en cochant la case permettant d’effectuer des achats de première nécessité.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/apiculture-auvergne-annee-2020-propice-au-miel-printemps-1821680.html

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close