Aurillac : comment des pièces de l’orgue de Saint-Géraud vont se retrouver dans un couteau

A Aurillac, dans le Cantal, un coutelier vient de lancer un couteau en l’honneur de l’orgue de l’abbatiale Saint-Géraud. Fabriqué à 270 exemplaires, 10 euros par couteau vendu seront reversés pour la restauration de l’instrument datant du XVIIIe siècle.
 

Par Catherine Lopes Publié le 04/02/2020 à 11:48 A Aurillac, dans le Cantal, Gérard Destannes n’en est pas à son coup d’essai. En 2013, le coutelier avait conçu un couteau dont le manche était fabriqué avec du bois de la charpente de l’abbatiale Saint-Géraud. Sept ans plus tard, un nouveau projet est en cours. Le coutelier raconte : « L’été dernier, j’ai reçu une plaquette de la Fondation du patrimoine pour la rénovation de l’orgue de Saint-Géraud. Il fallait que l’on trouve comment aider à la restauration. Ca a été un long processus. Il y a  eu 6 mois de tâtonnement et on a finalement lancé l’idée d’un couteau ».

Une résine pour l’inclusion du plomb

Ce couteau aura en fond une photo des tuyaux de l’orgue du buffet. Son créateur précise : « Il y aura en inclusion du plomb en provenance de l’orgue qui date de 1779. Nous avons réfléchi à l’intégration du plomb car on ne pouvait pas le laisser à l’air libre. Nous nous sommes rapprochés d’une entreprise de Lozère pour l’inclusion de la résine ». Ce couteau, fruit d’un travail collectif, coutera 89 euros. Fin janvier, des morceaux de tuyaux originaux en plomb ont été remis au coutelier par la municipalité d’Aurillac. Une partie de ces tuyaux sera intégrée au manche des couteaux. 

Dix euros par vente reversés pour la restauration de l’orgue

Sur chaque couteau vendu, 10 euros seront versés à la Fondation du patrimoine. Le couteau sera fabriqué à 270 exemplaires. En quelques jours, les deux tiers de la production ont déjà été pré-vendus. Un succès qui ne surprend pas son créateur : « Dès que l’on raconte une histoire aux gens, cela les touche. Tout le monde à Aurillac a un souvenir de l’abbatiale Saint-Géraud : un mariage, un baptême. C’est une église emblématique. C’est comme Notre-Dame de Paris, toute proportion gardée ». Désormais, le coutelier s’attèle à produire les nombreux produits commandés. Chaque pièce sera numérotée.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/cantal/aurillac/aurillac-comment-pieces-orgue-saint-geraud-vont-se-retrouver-couteau-1783283.html?fbclid=IwAR27cSX-9ckmasFA-LQuHUtfaf8KGupH4hA1vBNfjI1mR74RiIvLzlULEK4

Construit en 1779 et restauré en 1986 l’orgue de l’abbatiale Saint Géraud d’Aurillac a besoin d’une cure de jouvence. La Fondation du patrimoine lance une souscription pour déposer et nettoyer les 2440 tuyaux qui le composent.
 

Par Valérie Mathieu Publié le 12/05/2019 à 09:15 La Fondation du patrimoine va arrêter sa collecte pour Notre-Dame de Paris, après avoir obtenu 218 millions d’euros des particuliers. Mais d’autres joyaux du patrimoine français sont en difficulté. La Fondation lance une souscription pour restaurer l’orgue de l’abbatiale Saint Géraud d’Aurillac.

L’instrument a été construit en 1779 par Joseph Rabiny, un grand facteur qui a su lui donner une sonorité exceptionnelle. L’orgue contient 2440 tuyaux d’étain, plomb et bois répartis dans 36 jeux, activés par 3 claviers et 1 pédalier.
En 1979 l’orgue a été démonté et transporté dans les ateliers de Daniel Kern à Strasbourg pour une restauration complète. Kern a réutilisé 70% du matériel sonore d’origine et a reconstruit de nombreux jeux pour rendre à l’orgue un style proche de ce que devait être celui de Rabiny. Il a terminé en 1986 et l’orgue de Saint Géraud a été remonté sur une nouvelle tribune en chêne dans le style 18e.

Après 33 ans de services, les tuyaux du grand orgue ont besoin d’un petit coup de jeune : la poussière les désaccorde et certains sont moisis ou oxydés. Le coût de cette révision complète est estimé à 80 000 euros dont la moitié est financée par la DRAC (direction régionale des affaires culturelles). Ce grand nettoyage va commencer le 27 mai 2019 et se terminer en septembre.

La Fondation du patrimoine lance une souscription pour l’orgue. Mais ce nettoyage s’inscrit dans un cadre plus global : l’abbatiale elle-même nécessite d’importants travaux. Une partie de la toiture a été revue en urgence l’automne dernier. Il faut maintenant reprendre la charpente et la maçonnerie, refaire les vitraux, les enduits intérieurs, en tout 6 millions d’euros et 10 ans de travaux pour redonner tout son lustre à l’abbatiale Saint Géraud.

Un peu d’histoire

L’abbaye a été fondée en 885 par Géraud d’Aurillac qui fit élever la première abbatiale au début du 10e siècle. Odon de Cluny y fut abbé vers 920,y installa les usages de Cluny et fonda une école de théologie. Géraud de Saint-Céré, cinquième abbé, reconstruisit et agrandit l’abbatiale avec la construction d’une nouvelle nef et du transept dans le style roman. L’église est consacrée en 972 et connaît un rayonnement exceptionnel jusqu’à a fin de l’époque médiévale.
Dans la deuxième moitié du 19e siècle l’abbatiale a été restaurée et la nef agrandie de trois travées avec un porche et un nouveau clocher sous lequel se trouvait le grand orgue jusqu’à sa réfection en 1986. Il a ensuite pris place au fond de la nef, à la vue de tous.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close