Qui sont les producteurs du Cantal primés au Salon de l’agriculture et où trouver leurs produits ?

Quatorze producteurs cantaliens sont rentrés du salon de l’agriculture avec une médaille au concours agricole. Tour d’horizon.

Eurl La Mathonière (Allanche)
Le prix
Médaille d’argent en saint-Nectaire fermier.
Où le trouver ?
Sur dix marchés chaque semaine et sur place, à la ferme, ils vendent leurs fromages.
Vous pourrez les retrouver notamment à Maringues, Brioude, Allanche ou encore Espalion.
Ces passionnés souhaitent aussi développer la vente par correspondance.

La ferme des cochons gourmands (Tanavelle)
Le prix
Médaille de bronze en jambon sec supérieur non fumé.
Où le trouver ?
La ferme est présente sur les marchés toute la semaine : Saint-Flour (haut et bas), Massiac, Valuéjols, Allanche, Pierrefort, Neussargues,
Saint-Chély, Brioude, Clermont, Murat et Chaudes-Aigues. Possibilité d’achat à la ferme aussi, à Latga de Tanavelle.
Et en grande surface à Saint-Flour, Vic, Aurillac, Ydes, Mauriac et Lafeuillade.

La maison Laborie (Parlan)
Le prix
Médaille de bronze en saucisson sec traditionnel.
Où le trouver ?
Il est disponible au magasin à Parlan et sur leur site Internet http://www.maison-laborie.com/

Les fromageries occitanes (Talizat)
Le prix
Médaille d’or en Cantal Entre-deux au lait cru.
Où le trouver ?
« Dans toutes les crèmeries, grandes et moyennes surfaces et boutiques de nos fromageries en Auvergne »
explique Frédéric Seynaeve, directeur des LFO de Talizat et Saint-Mamet.

Gaec Merle (Chalinargues)
Le prix
Médaille d’or en Cantal vieux.
Où le trouver ?
Sur place, au Gaec, à Chalinargues, ainsi qu’en magasin à Murat et Massiac.

Avèze (Riom-ès-Montagnes)
Le prix
Médaille d’or en liqueur aux plantes pour l’Avèze 16 % volume.
Où le trouver ?
L’Avèze est disponible à la vente à l’Espace Avèze, directement sur le lieu de production, et également dans les épiceries fines.

Gaec du cèdre bleu (Rageade)
Le prix
Médaille d’argent en bleu d’Auvergne AOP.
Où le trouver ?
Sur tous les étals des crèmeries, grandes surfaces et magasins de producteurs de la région Auvergne, mais aussi en vente sur place à la ferme.

Gaec Sigal (Paulhac)
Le prix
Médaille d’argent en salers.
Où le trouver ?
Ils ne pratiquent plus la vente directe, mais fournissent leurs fromages en blanc à des affineurs.
Ils sont ensuite vendus en grande surface.

Ferme du Jarry (Paulhac)
Le prix
Médaille d’argent en salers.
Où le trouver ?
Ils pratiquent la vente directe mais vendent la plus grosse partie de leur production à un affineur.
Ils fournissent également des restaurants et la Crèmerie des lacs à Saint-Flour.

Société laitière de Riom (Riom-ès-Montagnes)
Le prix
Médaille d’argent en Cantal laitier jeune.
Où le trouver ?
Les fromages sont essentiellement vendus dans les grandes surfaces de la région, ainsi que dans leur magasin sur place.

GAEC des Volcans et Bonal Pailherols (Aurillac)
Le prix
Médaille d’argent en salers.
Où le trouver ?
Ces fromages primés en 2019 sont à retrouver à la fromagerie Bonal, avenue de la République, à Aurillac.

GAEC Navarro (Polminhac)
Le prix
Médaille d’argent en Cantal Entre-deux fermier.
Où le trouver ?
Le produit primé est à retrouver, notamment au marché de Vic-sur-Cère, et dans les grandes surfaces de Vic-sur-Cère et d’Aurillac.

GAEC Caldayroux (Arpajon-sur-cère)
Le prix
Médaille de bronze en Cantal Entre-deux fermier.
Où le trouver ?
Le produit est à retrouver au magasin de la ferme à Arpajon.

Maison Desprat
Le prix
Médaille d’argent en côte d’Auvergne AOC avec la Légendaire.
Où le trouver ?
On peut se procurer la Légendaire, mais aussi les autres produits primés, chez les cavistes et restaurateurs du coin
mais également dans les deux caves implantées à Aurillac et à Aubière.

https://www.lamontagne.fr/saint-flour-15100/actualites/qui-sont-les-producteurs-du-cantal-primes-au-salon-de-l-agriculture-et-ou-trouver-leurs-produits_13515277/


https://www.lamontagne.fr/polminhac/ruralite/agriculture/2016/04/03/le-salers-du-gaec-navarro-vaut-de-lor_11853809.html

Dans le salers du Gaec Navarro, il y a comme un petit goût d’or. En témoigne la feuille de chêne dorée qu’arbore fièrement ce fromage depuis quelques semaines. L’emblème dont se parent tous ceux qui parviennent à séduire les palais exigeants du jury du concours général des fromages du salon de l’agriculture à Paris.

Pour sa première participation, celui fabriqué par Yannick Navarro et les siens a décroché un premier prix. « On ne s’y attendait pas », se limite à dire pudiquement le jeune homme. Préférant sourire de l’anecdote : « On a amené la pièce, vendredi soir, le concours ayant lieu le lundi matin. On avait jusqu’à 18 heures, on a dû arriver vers 17 h 55… ».
« Notre petit plus ?
C’est l’équipe »

La meule devant représenter le savoir-faire de l’exploitation a été choisie « ensemble » par le producteur, ses parents, Henri et Nadine, ainsi qu’André Tiravy, salarié fromager de l’exploitation. « C’était l’une des plus belles, notamment pour sa croûte. Elle a été fabriquée début juillet. Le lendemain de la fête de Yolet… Le jour aussi où mes parents sont partis en vacances », sourit (malicieusement…) le jeune agriculteur.

Les Navarro ont la victoire humble. Pourtant, leurs fromages sont régulièrement remarqués en concours. Et si Yannick se garde de le dire, les diplômes parlent à sa place. Dernier en date, le premier prix attribué à son cantal fermier, au sommet de l’élevage de Cournon, en 2015.

Le producteur associe ses parents et André à ces résultats. « On n’est pas les meilleurs, temporise le jeune homme. Notre petit plus ? C’est l’équipe. Chacun sait ce qu’il a à faire et il le fait bien. Les concours, c’est une occasion de comparer nos fromages avec les autres. »

À Polminhac, les tâches sont bien définies : Yannick et André se répartissent la fabrication du matin et du soir. Henri ne changerait pour rien au monde sa place à la traite du troupeau de cinquante vaches montbéliardes et prim’holsteins. Quant à Nadine, elle est dans son élément quand il s’agit de contact avec la clientèle et de la partie administrative.
Un virage

La médaille d’or a d’ailleurs attiré de nouveaux clients sur la ferme. Mais ce prix vient surtout rassurer la famille sur le virage entrepris il y a quelques années, à la suite d’une crise du lait.

En 2007, Yannick s’installe en Gaec avec son père. Lui-même avait succédé, en 1983, à son père, éleveur à Maruéjouls depuis 1966. Le Gaec, en démarche Aop (appellation d’origine protégée), vend son lait en laiterie. Malgré leur travail sans relâche, les deux hommes font vite un constat : « Le prix du lait ne suivait pas. On ne pouvait pas vivre à deux sur l’exploitation ».

Pour sortir la tête de l’eau, ils prennent le parti de valoriser directement leur production. En 2010, ils décident d’ajouter une fromagerie à leur ferme pour transformer eux-mêmes leur lait avec le soutien du Cif (comité interprofesionnel des fromages). L’année suivante, Nadine, qui travaillait à l’extérieur, revient s’occuper de la nouvelle activité de vente directe. La production et donc le travail continuant de se développer, l’exploitation s’adjoint les services d’un autre salarié, en 2014. Pour André qui n’est pas du milieu agricole, cette médaille sonne comme un encouragement.
« On voulait faire de A à Z,
on l’a fait »

Dernière pierre à leur édifice, les fromages sont désormais affinés à la ferme depuis 18 mois. « L’exploitation a beaucoup évolué depuis 1966 », confie Henri, une manière tout en retenue d’exprimer sa fierté pour son fils.

Cette médaille fait aussi du bien dans ce contexte de crise agricole qui mine l’élevage. Au Gaec Navarro, on est loin de fanfaronner. Ce n’est pas dans les habitudes de la maison. « Depuis 1983, mesure Henri, on en a passé des crises. Aujourd’hui, si on n’avait pas la transformation, on ne s’en sortirait pas. » Alors, la famille apprécie les choses dans la mesure. « On voulait faire de A à Z, on l’a fait, sourit Yannick. C’est du boulot ! Mais c’est avant tout une passion… »

Chemcha Rabhi

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close