Les Nuits des étoiles auront lieu les 2, 3 et 4 août 2019

Cette année encore, des centaines de manifestations seront organisées pour vous permettre de contempler la voûte céleste.

Il y a un demi-siècle, les astronautes des missions Apollo collectaient à la surface de la Lune les premières pierres extraterrestres. Quelques dizaines de kilos de cailloux, ainsi que de la poussière, soigneusement conservés pour analyse dans des laboratoires stériles. En tout, pour l’ensemble du programme, plus de 300 kilos d’échantillons collectés sur six sites explorés par douze hommes dont… un seul scientifique géologue. Deux missions automatiques russes ont agrandi cette collecte de quelques centaines de grammes ramenés par les sondes Luna sur le territoire soviétique.

Depuis, la collecte des pierres venues de l’espace s’est augmentée en 2005 des poussières collectées par la sonde japonaise Hayabusa 1 sur la surface de l’astéroïde Itokawa ; de celles ramenées l’année d’avant par la sonde Stardust après son passage dans la queue de la comète Wild 2 ; et, en septembre 2004, de l’infime matériau survivant au crash de la capsule transportant des particules de vent solaire par la mission Genesis. En tout un brin de Lune, un soupçon d’astéroïde, une pincée de comète et une quantité infinitésimale de gaz solaire. C’est peu mais c’est précieux !

Dans sa course autour du Soleil, la Terre elle-même heurte des poussières et des cailloux qui pénètrent dans son atmosphère et atteignent parfois le sol. Ce sont les étoiles filantes, comme les fameuses Perséides du mois d’août, des poussières issues de la comète périodique Swift-Tuttle, qui heurtent à grande vitesse le « pare-brise » de l’atmosphère terrestre, brûlent en haute altitude, avant de rejoindre le sol. Ce sont aussi les météorites, des « cailloux » pierreux et métalliques, qui proviennent de la ceinture des astéroïdes situées entre Mars et Jupiter ; mais aussi, de façon beaucoup plus rare, de la Lune et de la planète Mars. Tous et toutes proviennent du Système solaire, brûlent en traversant les hautes couches de l’atmosphère, et après avoir été recueillies par des amateurs ou des particuliers, enrichissent les collections des musées, des collectionneurs, et nos connaissances des lieux dont ils proviennent.

Mais pour faire « parler » les pierres du ciel, l’idéal – le rêve – c’est de les collecter sur place, sans les altérer, ni les polluer, et de les transporter dans les meilleurs laboratoires de la Terre. Ce « retour d’échantillons » est au cœur des projets martiens pour la décennie future. Un exercice délicat qui suppose de stériliser tous les instruments en contact avec les matériaux collectés et de choisir avec un très grand soin les sites de prospection. Beaucoup d’efforts et beaucoup d’imaginations sont nécessaires pour qu’une poignée de cailloux martiens raconte un jour l’histoire de la planète rouge. Scientifiques, ingénieurs techniciens y croient et ont convaincu les agences spatiales qu’ils sont capables de relever ce défi de la connaissance. Après Mars express, Curiosity ou Insight, les missions comme ExoMars et Mars 2020 préparent ce futur.

Dans le Système solaire, les pierres racontent les histoires des étoiles qui les ont formées. Elles sont les grimoires des temps passés et témoignent des évolutions planétaires. Si elles sont toutes parentes, leurs planètes, lunes et petits corps, sont aussi toutes différentes. C’est cette diversité, ces histoires – mythiques comme scientifiques – qui seront au cœur de ces nouvelles Nuits des étoiles. Des pierres de la Lune à celles de Mars, en passant par les étoiles filantes, météorites, astéroïdes et morceaux de comètes, l’Univers nous parle. Nous devons apprendre à le lire et à l’écouter. Pour le plaisir de la découverte, le plaisir de l’observation de la nature et de son ciel étoilé. Pour un partage d’émotions en famille. Parce que c’est beau, tout simplement.

https://www.afastronomie.fr/les-nuits-des-etoiles


Les meilleurs spots pour observer les étoiles en France

De tout temps, les étoiles ont exercé sur nous leur fascination. D’autant qu’avant l’apparition de l’éclairage urbain, le ciel était beaucoup plus spectaculaire. Heureusement, il reste encore en France des lieux relativement préservé de la pollution lumineuse, où l’on peut les observer à loisir et dans toute leur immensité. Suivez le guide !
Comment regarder les étoiles ?

Avant de vous lancer à la recherche du spot idéal, voici quelques conseils et prérequis, dispensés par un passionné d’astronomie, Bernard Nomblot, spécialiste des étoiles à la Cité des Sciences et de l’Industrie.

Pour regarder les étoiles, il faut être patient ! Il faut d’abord attendre que l’œil s’habitue à l’obscurité (entre 1/4 d’heure et 1/2 heure), et éviter toute source de lumière. « Même la lumière émise par un briquet détruit le pourpre rétinien, cette substance qui se forme dans l’œil pour nous permettre de mieux voir dans le noir », explique le spécialiste.
Éviter les soirs de pleine Lune. Son éclat parasite la visibilité. Privilégier les premiers et derniers quartiers de Lune.
Ne pas avoir peur de veiller jusque tard dans la nuit. « Il faut attendre la fin du crépuscule astronomique, c’est-à-dire le moment où le Soleil atteint les 18° sous l’horizon. L’heure à laquelle cela se produit dépend de la saison ». Éviter la période qui va de la mi-juin à la mi-juillet, il n’y a justement pas de véritable nuit astronomique, le Soleil ne descend pas suffisamment bas sous l’horizon pour que la nuit soit totalement noire.
Choisissez un lieu où l’horizon sud-est est dégagé. C’est dans cette partie du ciel que vous verrez le Voie Lactée, et donc le plus d’étoiles visibles à l’œil nu.
Montez sur les hauteurs. L’altitude idéale se situe entre 2 000 mètres et 3 000 mètres. Au-dessus, le manque d’oxygène diminue les capacités de nos yeux et il faut quelques jours pour d’adapter. En dessous, on se trouve encore dans la zone où se concentrent les particules en suspension, qui réfléchissent la lumière des lampadaires.
Équipez-vous d’une paire de jumelles classiques, cela permet de distinguer tout un tas de choses : la teinte des étoiles, les détails à la surface de la Lune, les amas d’étoiles, les nébuleuses… Et cela permet de s’orienter facilement dans le ciel, ce qui n’est pas le cas avec une lunette ou un télescope.
Si vous voulez vous servir d’un télescope et d’une lunette, et que vous ne savez pas bien vous orienter dans le ciel, mieux vaut se greffer à un club d’astronomie. Ils organisent régulièrement des soirées publiques. Il en existe beaucoup en France. Pour vous y retrouver, commencez par vous adresser à l’Association française d’astronomie, qui recense la majorité d’entre eux.

La généralisation des éclairages publics, même en milieu rural, génère des halos lumineux qui troublent la pureté du ciel.
Or, moins un ciel est sombre et plus les éléments qui le constituent deviennent difficiles à observer.
L’association Avex publie des cartes de la pollution lumineuse en France. En blanc, les lieux très pollués, en bleu, ceux qui le sont moins.

Il existe également une liste des sites les plus favorables en France, le Gravex (Grand répertoire des sites astronomiques communautaires),
recensés par des passionnés.


Le plateau de l’Aubrac (Lozère, Cantal, Aveyron)
À cheval sur les départements de la Lozère, du Cantal et de l’Aveyron, le plateau de l’Aubrac tire son nom de l’expression occitane alto braco,
qui signifie « lieu élevé ». Dressé à 1 200 mètres d’altitude, il offre un ciel nocturne, particulièrement magnifique,
préservé de la pollution lumineuse, et à l’horizon dégagé.

C’est aussi l’une des plus belles étapes de la Via Podiensis, l’un des chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

Par Clio Bayle
Publié le 10/07/2018

https://www.detoursenfrance.fr/patrimoine/destinations/activites/les-meilleurs-spots-pour-observer-les-etoiles-en-france-7745

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close