Sous la neige, les pentes du Cantal révèlent tout leur potentiel

 »En été, on les arpente en randonneur. En hiver, on les oublie. À tort! Sous la neige, les pentes du Cantal révèlent tout leur potentiel. Ski de randonnée, ski nordique, ski Hok, traîneau à chiens… Week-end ultratonique sur l’une des montagnes les plus préservées de France.

Bien sûr, il y a le Lioran, le plus grand domaine skiable du Massif Central avec ses remontées mécaniques et son train qui vous dépose au pied des pistes. Mais les amateurs de glisse en silence ont leurs «spots» à eux, plus secrets. Au col de Prat de Bouc, on peut s’essayer au ski nordique sous la férule d’un guide comme Matthias Daub. «Ça se pratique sur des skis un peu plus larges que les skis de fond traditionnels, et en terrain sauvage, c’est-à-dire non damé. Les planèzes d’Auvergne, ces plateaux d’altitude formés par d’anciennes coulées de lave, se prêtent très bien à ce type de ski».

Protégé de l’écir (vent froid) par les épicéas et les mélèzes, on avance d’un bon pas, glissant sur la neige dès que la pente pointe vers le bas. En chemin, on croise un vieux buron, abri de pierre typiquement auvergnat. C’est ici, pendant l’estive, que se fabriquait autrefois le fromage de Cantal ou de Salers.

Bientôt le Plomb du Cantal, sommet du Cantal, apparaît au-dessus des conifères. Ne vous fiez pas à sa taille modeste (1 855 m d’altitude), les apparences sont trompeuses. «En montagne, ce n’est pas l’altitude mais la limite des arbres qui donne son caractère au climat. Ici, au col (1 400 m d’altitude), nous sommes déjà à la limite de la végétation. Dans les Alpes, celle-ci est à 2 500 m. On est donc bien plus haut qu’on ne croit!». Différentes activités sont proposées au domaine nordique de Prat de Bouc. Citons la randonnée en raquettes façon «trappeur» pour repérer et lire les traces d’animaux. Ou encore les ateliers sur la sécurité en montagne qu’animent les pisteurs, avec sensibilisation aux différents types de neige et à leurs dangers.
Un autre type de ski se pratique ici: le ski Hok, à mi-chemin entre la raquette (deux sangles à cliquet maintiennent la botte en place) et le ski de randonnée.
Hokusai en skis Hok

Un autre type de ski se pratique ici: le ski Hok. Drôle d’oiseau que ce ski hybride, à mi-chemin entre la raquette (deux sangles à cliquet maintiennent la botte en place) et le ski de randonnée. Sa création en 2009 par deux mordus de ski, le Québécois François Sylvain et l’Américain Nils Larsen, s’inspire des skis utilisés par les chasseurs des montagnes de l’Altaï, en Eurasie. Léger, stable, assez court et équipé de peaux d’ascension intégrées dans la base, c’est le compagnon idéal pour explorer le cirque de Chamalière, l’un des plus beaux cirques glaciaires du Cantal. Les mouflons et les chamois ont l’habitude d’en escalader les parois.

Après une approche parmi les sapins, on aborde la cuvette enneigée, que dominent le Puy du Rocher et le Rocher de la Sagne du Porc. Les bouleaux nains et les feuillus dénudés dessinent des traits délicats sur la poudreuse inviolée. Un paysage noir et blanc quasi-japonisant (façon Hokusai), qui laisse sans voix. La vitesse en ski Hok n’étant pas vertigineuse, on descend doucement, dans un silence bienfaisant, le long d’une rivière glacée ou entre des rideaux d’épicéas. Bonne nouvelle pour les néophytes: pas besoin d’avoir un très bon niveau de ski pour pratiquer ce ski hors-piste.

«L'avantage du Cantal, c'est qu'on peut tout faire en une journée : du ski nordique, de la raquette et de l'alpinisme.»

Vincent Terrisse

Au village de Pailherols, à une demi-heure d’Aurillac, une autre randonnée, un autre objectif: atteindre le buron de Bâne pour y passer la nuit. La montée, en raquettes ou à skis de randonnée, se finit généralement à la frontale. Pour réussir ce petit challenge hivernal, un professionnel de la montagne nous accompagne. Vincent Terrisse, guide de haute montagne, a tutoyé les sommets d’Afrique et des Alpes avant de poser ses spatules en Auvergne. «L’avantage du Cantal, c’est qu’on peut tout faire en une journée: du ski nordique, de la raquette, de l’alpinisme. C’est un petit massif qui a toute la technicité et la rudesse des Alpes. Mais ici, on respire. On voit loin et large, à 360°. Les traileurs qui s’essaient ici au ski nordique deviennent tous mordus».
On traverse un plateau dénudé, zébré par les lignes noires des clôtures. On songe à l’Aubrac, que l’on aperçoit au loin.

Les skis glissent. On traverse d’abord un plateau dénudé, zébré par les lignes noires des clôtures. On songe à l’Aubrac, que l’on aperçoit d’ailleurs au loin. Après 7 km d’ascension douce, on atteint le buron, vigie des hauts pâturages. Lorsque la famille Combourieu, propriétaire de l’impeccable Auberge des Montagnes de Pailherols, l’a acquis voici 25 ans, personne ne voulait de ce tas de pierre perché à 1400 mètres d’altitude… »

y aller

Le plus rapide depuis Paris est de prendre l’avion jusqu’à Aurillac avec Hop (compter 1h20 ; à partir de 49€). Depuis Clermont-Ferrand et Aurillac, trains pour Murat et Le Lioran, …. (www.hop.com).

Auvergne: sports d’hiver dans le Cantal

  • Par  Vincent Noyoux
  •  

http://www.lefigaro.fr/voyages/2019/02/11/30003-20190211ARTFIG00011-auvergne-immersion-sportive-dans-les-monts-du-cantal.php

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close